Photographe,
le plus beau métier du monde
 
 
Un livre dédié à tous les passionnés de photographie
et dont le contenu résistera à l'épreuve du temps
 
 
 
 
Texte de la quatrième de couverture
 

C'est en 1963 que Claude Bouchot expose son premier film avec un 6 x 9 à soufflet. Après avoir appris la photographie en autodidacte, il décide à l'âge de 30 ans de retourner sur les bancs d'école afin d'acquérir l'essentiel des connaissances de base du métier. Puis, durant une année et demie, il étudie la sensitométrie, une formation complémentaire qui se révélera décisive pour sa carrière de photographe scientifique.

Dès 1978, ayant le souci de transmettre ses connaissances, il collabore à la rédaction de la revue suisse Photo Ciné Expert ainsi qu'à Photo Ciné Revue, première revue française de photographie. Dans le cadre de sa vie professionnelle, il passe ainsi des milliers d'heures au laboratoire photo... avant que la révolution numérique ne l'atteigne finalement en 1995. Aujourd'hui à la retraite, Claude Bouchot défend avec passion la photographie numérique... non sans une pointe de nostalgie pour son métier de photographe argentique.

Cet essai autobiographique – qui pourrait s'intituler Souvenirs de photographe – apporte un témoignage particulièrement instructif à la fois sur la culture technique propre à la photographie argentique et sur une époque correspondant à l'apogée de celle-ci. Un livre qui se veut aussi un hommage à tous les passionnés de photographie.

 
 
Préface du journaliste-photographe Roger Bellone
 

« Comment devient-on photographe ? Suivre les cours d'une formation professionnelle, d'une école supérieure de photographie ou d'art ?...

 
 
 
Caractéristiques
 
112 pages
Format : 13,5 x 21,5 cm
25 illustrations photographiques
Intérieur : Quadri
ISBN : 978-2-8106-1677-0
Date de parution : 16 février 2010

Auteur : Claude Bouchot
Editeur : BoD
Prix : 10 €
 
 
Cet ouvrage a été présenté
 
– au Chapiteau du Livre de Saint-Cyr-sur-Loire le 2 juin 2012
– au Salon du Livre de Paris du 26 au 31 mars 2010
 
 
Disponible chez l'éditeur :
 
Editions BoD
12-14 Rond-Point des Champs Elysées
75008 Paris
 
Du 26 juin 2010 au 30 mai 2011, a figuré parmi les
Coups de cœur et Titres au top de BoD Shop
 
 
Et dans toutes les librairies telles que :
 
Amazon, Fnac, Decitre, Chapitre, Dialogues, La chambre claire, Eyrolles, Payot...
 
 
Proposé également au format eBook
 
Apple iBookstore, Amazon.fr Kindle Edition, kobo...
 
 
Echos de presse portant sur le livre
 

Photographe, le plus beau métier du monde

Un petit livre sans prétention, qui fera passer un agréable moment à tous les passionnés de photo et instruira les novices apeurés par les « encyclopédies ». Claude Bouchot revient sur sa vie de photographe-technicien, comme il le dit lui-même, et sur les longs méandres de son apprentissage du métier, depuis ses essais en solitaire, autodidacte, jusqu'aux approfondissements trouvés dans le cadre d'une formation professionnelle.

A coups d'anecdotes non dépourvues d'humour, d'habiles renvois en bas de page pour des compléments d'informations techniques, il aborde tous les sujets avec clarté. On sent le souci de « transmettre », et le plus clairement possible : cadrages, tirages, argentique, numérique, support de diffusion... C'est une histoire très personnelle de la photo qui nous est contée, avec, en guise de conclusion, un entretien avec Roger Bellone, professionnel qui a écrit de nombreux ouvrages. (Editions BoD).

Nathalie Degardin, Déclic Photo, n° 68, avril 2011.


Une vie de photographe

Difficile de présenter Claude Bouchot en quelques mots. Autodidacte dans les années 60 durant son service militaire, il reprend les études pour devenir photographe scientifique et se passionne notamment pour la sensitométrie dont l’objet d’étude est « la relation de la lumière avec la surface sensible ». A la fin des années 70, il devient journaliste indépendant pour les revues Photo Ciné Expert et Photo Ciné Revue.

Tous ces souvenirs de photographe, Claude Bouchot les a rassemblés dans cet essai autobiographique. Celui-ci aborde des notions techniques, mais révèle avant tout un parcours empli de passion et de persévérance, entre photographie argentique et numérique (Photographe, le plus beau métier du  monde – Editions BoD).

Gérald Vidamment, Rédacteur en chef, Compétence Photo, n° 18, septembre / octobre 2010.


Métier : Photographe

Aujourd'hui à la retraite, Claude Bouchot raconte ici son parcours personnel et professionnel au cœur de la photographie des années 60-70. Adepte des digressions et assumant sans complexe son point de vue nostalgique, il nous livre un témoignage sincère et un florilège de conseils (Photographe, le plus beau métier du monde, aux éditions BoD, 110 pages, 10 €).

JCB, Réponses Photo, n° 220, juillet 2010.


Claude Bouchot, témoin de la photo argentique

Claude Bouchot a en effet exercé jusqu'à sa retraite en 2006 le métier de photographe scientifique à l'INRA... avec passion, qui plus est, du temps de la photo argentique ! C'est le témoignage de ce temps révolu qu'il livre dans un ouvrage sorti il y a peu (Photographe, le plus beau métier du monde, aux éditions BoD).

En fait, Claude Bouchot l'avoue lui-même, il était avant tout passionné par le travail en laboratoire : « J'ai toujours été attiré par l'étude de l'effet de la lumière sur une surface photosensible, par la recherche de la qualité pour l'ombre et la lumière... » Là se situait la plus grande partie de son savoir-faire : « En argentique, on avait l'ombre ou la lumière, la qualité pour l'un ou pour l'autre et moi j'essayais d'avoir un peu les deux. » Une pointe de nostalgie pourtant vite balayée par une adhésion sans réserve au numérique : « Le plaisir que je décris était réservé avant à une caste qui disposait du savoir et du savoir-faire », remarque-t-il. « Avec le numérique, tout le monde peut retoucher ses photos. C'est un progrès indéniable. »

A condition bien sûr que le métier de photographe ne devienne pas un métier de presse-bouton ! Malgré les évolutions ou révolutions techniques, être photographe reste une question de regard. Pour cela, le livre de Claude Bouchot est salutaire, il remet certaines choses à leur place sans tomber sur le « c'était mieux avant ». Une hauteur de vue rare, surtout quand on a vécu en direct l'obsolescence de l'essence de son métier.

François Bluteau, La Nouvelle République du Centre Ouest, 6 mai 2010.


Photographe, le plus beau métier du monde

Un témoignage autobiographique dans lequel Claude Bouchot revit son métier depuis ses débuts, en 1963, et apporte des anecdotes et réflexions personnelles sur la profession et son évolution. Beaucoup […] de nostalgie aussi, pour ce retraité habité par la passion du photographe (Editions BoD, 110 pages, 10 €).

Chasseur d’Images, premier magazine de l’image en Europe, n° 323, 16 avril 2010.


Souvenirs de photographe

Dans son essai autobiographique « qui pourrait s’intituler Souvenirs de photographe », Claude Bouchot apporte un témoignage intéressant et instructif sur la technique de la photographie argentique et son apogée. […] Dans cet ouvrage, préfacé par le journaliste, Roger Bellone (auteur d’une quinzaine de livres techniques sur la photographie), Claude Bouchot raconte qu’il défend aujourd’hui avec passion la photographie numérique, persuadé toutefois que « l’argentique n’a pas dit son dernier mot ». […] Photographe, le plus beau métier du monde (Editions BoD, 10 €) est actuellement présenté au Salon du Livre de Paris qui se tient jusqu’au 31 mars.

Martine Schoenstein, L'Est Républicain, 28 mars 2010.

 
 
Commentaires de lecteurs avisés
 

Juliette Chartier (extrait d'un article repris du site actuphoto) :

Photographe, un métier qui a la cote auprès des Français : 2014 est la deuxième année consécutive où la profession de photographe est consacrée « métier préféré des Français ». En effet, elle devance celle de chef cuisinier et de journaliste dans un sondage effectué par le magazine Orientations [...] Mais la vérité sur le terrain est loin des stéréotypes qu'on lui attribue. Pour le photographe, souvent indépendant, la concurrence est rude. Les postes se raréfient, beaucoup de consommateurs impriment leurs clichés eux-mêmes. La photographie de reportage est également en difficulté, les organes de presse utilisant de plus en plus les services d'agences, moins coûteuses, au détriment de ceux des photographes indépendants. [...] De plus, il faut insister sur un point essentiel à l'attention des jeunes étudiants qui voudraient se diriger vers ce secteur : la pratique d'amateur et la photographie de métier sont deux choses bien distinctes. [...] Cependant, photographe reste « le plus beau métier du monde » selon Claude Bouchot. Dans cet ouvrage, il fait part de son expérience de photographe...


Michel Picard (commentaire repris du site amazon.fr avec l'aimable autorisation de l'auteur) :

Ce livre pourrait être écrit par beaucoup d'entre nous qui en sommes venus à « faire des photos » un peu n'importe comment. Mais peu d'entre nous avons approfondi cette pratique pour qu'elle devienne un savoir et un véritable outil de réflexion ! C'est ce qu'a fait Claude Bouchot et ce petit livre, agréable à lire, est aussi un complément indispensable du très beau site technique réalisé sur Internet par l'auteur. Claude Bouchot a de l'humour et, comme vous et moi, il est passé de l'argentique au numérique. Si vous voulez réfléchir un peu à ce qu'est la photographie et à ce qu'elle devient, lisez donc cet essai plein d'humour et de raison.


Jean Spinatsch
, éditeur, ancien directeur de Photo Ciné Expert, la plus importante revue de photographie et de cinéma d’amateur de Suisse romande et du Tessin :

Cet ouvrage est le fruit de votre passion… toujours vivante. Passion se rapportant à la fois aux temps passé et présent, d’abord et surtout pour l'argentique avec une certaine nostalgie, puis pour le numérique avec ses avantages et désavantages. La photographie argentique – qui a duré 150 ans – est ainsi entrée définitivement dans l'histoire, dans les musées… laissant la place à la photographie numérique qui aujourd’hui nous submerge d'une façon inquiétante. But we are in a changing world !

Cher Monsieur Bouchot, continuez à vous émerveiller dans ce monde d'images. Pourquoi ne pas sortir un deuxième ouvrage portant uniquement sur des conseils en photographie numérique... car la plupart des gens ne savent pas photographier et maîtriser les appareils photo, ni même celui intégré à leur téléphone portable ! Je vous souhaite encore et encore beaucoup de plaisir avec d'autres nouveaux livres et surtout la flamme de la passion pour la photographie. Avec mes salutations cordiales.

Joseph Masbernat :

Je viens d'achever de lire, d'une seule traite, Photogaphe, le plus beau métier du monde, tant il est vrai que l'écriture en est aisée et passionnante. Et pourtant je ne suis qu'un petit amateur très maladroit avec les appareils classiques, un peu plus à l'aise avec le numérique et bien dépassé par vos connaissances techniques. Que de bonheur d'avoir vécu cette vocation et votre métier avec une passion telle que le lecteur s'identifie à votre aventure. Beaucoup de plaisir sur votre site.


René Ferré :

Vraiment, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire vos souvenirs de photographe que vous racontez avec humour. Cette lecture m'a rappelé de bons, de très bons moments partagés au labo photo, penchés sur la cuvette de la « révélation » dans l'attente du chef d'œuvre qui allait révéler un nouvel artiste... Si ces moments n'ont pas toujours répondu à l'attente du novice, en revanche, ils ont soudés une amitié solide. Vous entretenez, mon cher ami, un rapport privilégié avec la lumière.

En lisant vos souvenirs, je me suis rappelé que mon père faisait de la photo sans doute sans soupçonner le rôle essentiel de la lumière à la prise de vue. A cette époque, le « pifomètre » était l'accessoire indispensable du photographe, organe qu'il fallait maîtriser parfaitement. Vos souvenirs de photographe ont déverrouillé les tiroirs où étaient bien rangés mes propres souvenirs. Un saut dans le passé qui rappelle des faits, des gestes révolus et on se prend à rêver et à comparer.


Lydia Vall de Perez, photographe :

J’ai littéralement bu ton livre sur tes expériences photographiques. Il est écrit avec une telle clarté et une telle simplicité qu’il se boit comme de l’eau de source. J’y ai appris des tas de techniques que je ne connaissais pas, ainsi que des termes techniques qui m’étaient totalement inconnus. J’ai aussi été passionnée par ton expérience des prises de vue d’animaux... J’en ai beaucoup appris sur toi en fait, sur ta jeunesse et les opportunités qui ont fait de toi le photographe que tu es. Félicitations pour la qualité de cette œuvre. Avec toute mon amitié.


Jean-Claude Aldonce, photographe freelance (commentaire repris du site amazon.fr) :

Très bon livre ! Je l’ai trouvé très utile. Il y a beaucoup de références, de détails techniques. Il montre la passion de son auteur pour la photographie.


Arnaud Fiocret, photographe :

Après son site internet déjà fort passionnant, voici l’aboutissement – sur papier – du long chemin d'un ami photographe que je sais très passionné par tout ce qui touche à la photographie (qui fut son métier) et continuellement dans une quête, comme moi, de la vulgarisation de cet art auprès du public. Ce livre a bien entendu été présenté au Salon du Livre de Paris à la fin du mois de mars 2010 : Photographe, le plus beau métier du monde ! Aucun doute là-dessus !


Claude Calet :

Votre roman autobiographique m'a appris beaucoup de choses : la richesse de votre culture – tirant vos citations de milieux et d'auteurs les plus divers – et la passion dont vous êtes capable. Je n'avais pas idée du travail supplémentaire que vous meniez pour vous perfectionner en photographie... et dont la Recherche animale profitait, et encore moins du niveau de célébrité que vous avez atteint dans la presse spécialisée de la photographie. Vous avez bien fait d'écrire vos « mémoires ». Ces faits méritent d'être consignés comme « la photo qui fixe pour la postérité » des moments qu'il convient de garder d'une manière exacte et objective.


Alain Beguey, photographe scientifique :

J'ai pris plaisir à la lecture de ton livre en regrettant toutefois que tu ne sois pas parvenu à y intégrer l'odeur d'hyposulfite chère à nos moments d'angoisse passés au-dessus des cuvettes ! Bravo pour la rédaction et la précision des procédures qui te caractérise et surtout félicitations pour les renvois en bas de pages pour ceux qui oseraient essayer d'aller un peu plus loin... comme c'est mon cas.


Victor, photographe (commentaire repris du Magazine sur les Livres de photographies) :

Lorsqu’on aime les bonnes choses, on ne peut s’empêcher de feuilleter ce livre qui nous entraîne dans un univers où l’œil a une nourriture saine. Se spécialiser en photographie de mariage ou autre et réaliser de bons clichés ne se font pas en une semaine. Il faut une certaine maturité, et Claude l’a... il suffit d’ouvrir son livre pour comprendre ce qu’est une bonne photo.


Thierry Sabot :

Ce livre est avant tout celui d’une passion, la rencontre d’un art, la photographie, et d’un autodidacte, Claude Bouchot. A l’heure de la photo numérique, quelle belle idée que de nous proposer une approche à la fois autobiographique et historique de l’histoire de la photographie et de ses techniques depuis les années 60.


Maria Perdigão :

Claude, c’est avec plaisir que j’ai lu ton livre relatant tes souvenirs de photographe. La technique sur la photographie ne m’a pas beaucoup passionnée. Cependant, j’ai essayé de comprendre... mais vite renoncé ! Par contre, j’ai bien apprécié ton histoire de photographe et de journaliste (cool, le service militaire !) sans oublier les photos sympas présentées avec cet humour qui est le tien. J’ai bien aimé aussi l’explication concernant le processus inné dont relève l’éclosion des oiseaux. A quand le prochain livre ?


Henri de Carville :

Merci pour ces souvenirs de photographe : je le dis tout net et sans flagornerie, la forme en est remarquable. Votre ouvrage se lit d'une traite et même le profane que je suis est constamment tenu en haleine, sautant d'un chapitre à l'autre avec un intérêt toujours en éveil !

Quant au fond, c'est d'abord la surprise qui domine : vous nous avez bien eu avec vos deux métiers ! Quand je pense que nous avons cohabité dans le même bureau pendant 11 années ! Je côtoyais l'émergence de la source (photographique) en ignorant la vaste nappe souterraine. J'ai été particulièrement obtus ! Je n'en reviens pas de votre ténacité secrète qui force mon admiration... notamment quand vous avez dû absorber des ouvrages en anglais !


Alain Bouchardeau :

Tes souvenirs de photographe sont la dernière surprise. Bien sûr, je te savais photographe de bon niveau. De là à découvrir cette passion et que tu as eu quasiment une deuxième vie professionnelle, je ne l'avais même pas imaginé ! Tu m'épates, ton côté perfectionniste transparaît dans tes souvenirs de « passionné calme » et dans ta vie professionnelle. Bravo au chercheur en sensitométrie qui sait écrire avec la lumière, au journaliste qui raconte ses souvenirs dans un style compréhensif. Merci à l'ami et à sa fidélité.


Marie Sawano :

Merci, Claude, de ces souvenirs. Bien sûr, j'ai buté sur certaines notions un peu techniques, mais j'aime beaucoup le style et le ton humoristique, jamais lassant, de ton écriture derrière lequel on sent un sourire, même devant les embûches, les échecs, comme les grandes joies ! Par ailleurs, je reconnais n'avoir pas fait tout de suite le lien avec cette recherche obstinée de la lumière, la Lumière avec une majuscule !


Agnès Bresson :

Un beau livre bien écrit et très clair, parsemé d'anecdotes, qui se lit avec plaisir... même si certains passages sont un peu techniques pour les non-initiés. Nous y avons retrouvé la patte artistique de l'auteur et son souci de communiquer aux autres sa passion pour la photographie.


Zélia Ganser :

J'ai été très heureuse et ravie de lire vos souvenirs de photographe. Je vous savais zootechnicien très sérieux, avide de connaissances et doté d'un sens social et moral à envier, mais je ne vous savais pas artiste. Pour moi, tout ce qui relève de la photographie, qui fait revivre l'histoire des gens de notre pays est un art !

 
 
Copyright © 2017 – Claude Bouchot