Photographe, le plus beau métier du monde !
 
 
Accueil | Pages techniques
 
 
Détermination de la lumination à la prise de vue
 
La sensibilité du film
 
 

De la sensibilité (1), l'Association Française de Normalisation (AFNOR) nous donne la définition suivante : « Mesure quantitative de la réponse d'une surface sensible photographique au rayonnement, dans des conditions spécifiées d'exposition, de traitement et de mesurage ».

Les méthodes de détermination de la sensibilité sont extrêmement nombreuses. Les décrire toutes avec précision nécessiterait un livre entier qui ne nous serait d'aucune utilité. A ce propos, ouvrons seulement une petite parenthèse pour rendre hommage aux deux pionniers de la sensitométrie, Ferdinand Hurter et Vero Charles Driffield qui, le 31 Mai 1890, publièrent dans le The Journal of the Society of Chemical Industry (N° 5, Vol. IX, p. 455-469) la première méthode fondée sur cette science (appelée par la suite méthode H&D en l’honneur de ces deux savants).

Depuis cette date mémorable, bien des normes ont vu le jour. Si beaucoup sont maintenant tombées dans l'oubli, quelques-unes après plusieurs modifications liées aux progrès incessants de l'industrie des surfaces sensibles, se sont affirmées sur une grande partie de la planète. Citons d'une part, les normes spécifiant la méthode de détermination de la sensibilité ASA (American Standard Association) et d'autre part, celles précisant la méthode de mesure de la sensibilité DIN (Deutsche Industrie Normen), deux sigles bien familiers.

Mais depuis la décennie 70, les fabricants de films adoptent généralement la sensibilité ISO (International Standard Organization). Par exemple, la norme internationale ISO 5800 - 1979 traite de la détermination de la sensibilité ISO des films photographiques négatifs couleur tandis qu'en France, il existe une norme portant sur le même sujet et en concordance technique avec la norme internationale susmentionnée. Cette norme française (NF S 20 - 014) homologuée au J. O. du 7-10-1979 nous apprend notamment que la valeur de la sensibilité peut être indiquée sous les deux formes, arithmétique et logarithmique. Nous trouvons au tableau 1, la correspondance entre ces deux échelles de sensibilité ISO.

 
Sensibilité ISO
Arithmétique
Logarithmique
Arithmétique
Logarithmique
     
3 200
2 500
2 000
1 600
1 250
36°
35°
34°
33°
32°
 
100
80
64
50
40
21°
20°
19°
18°
17°
 
1 000
800
640
500
400
31°
30°
29°
28°
27°
 
32
25
20
16
12
16°
15°
14°
13°
12°
 
320
250
200
160
125
26°
25°
24°
23°
22°
 
10
8
6
5
4
11°
10°


 
Tableau 1 : Echelles de sensibilité ISO. A noter que le système ISO se contente de réunir – en les ajustant l'une à l'autre – les échelles de sensibilité ASA (arithmétique) et DIN (logarithmique).
 
La norme NF S 20 - 014 citée précédemment précise aussi que « pour la commodité, on peut identifier la sensibilité ISO par une désignation abrégée de la forme générale ISO 100 ou ISO 21° ». La valeur définissant la sensibilité ASA, DIN ou ISO est toujours marquée sur l'emballage des films. Avant la prise de vue, il suffit de régler le posemètre sur cette valeur. Mais on sait qu'avec les boîtiers argentiques modernes, il n'est plus nécessaire – dans la détermination de la lumination – de considérer ce paramètre qui est pris automatiquement en compte grâce au codage DX des films.
 
 
_________
1. « Improprement appelée rapidité » (Lexique Photo-Cinéma du Conseil International de la Langue Française, 1972).
 
 
Copyright © Claude Bouchot