Photographe, le plus beau métier du monde !
 
 
Accueil | Pages techniques
 
 
Détermination de la lumination à la prise de vue
 
L'emploi de filtres
 
 

Nous savons qu'il est fréquent à la prise de vue d'utiliser à des fins diverses, un ou plusieurs filtres que l'on place habituellement à l'avant de l'objectif. Comme un filtre a une certaine densité, il diminue par conséquent la quantité de lumière pénétrant dans l'objectif. Pour compenser cette perte, on augmente la lumination en se référant au coefficient (d'extinction) du filtre. Si nous employons par exemple, un filtre ayant un coefficient de 4, il faut multiplier la lumination par 4, c'est-à-dire ouvrir le diaphragme de 2 divisions.

Au tableau 1, nous trouvons d'autres exemples et remarquons que le fabricant de filtres indique les coefficients en fonction du film employé et de la qualité de la lumière. On conçoit effectivement que le coefficient d'un filtre dépend non seulement de ses propres caractéristiques d'absorption (que l'on visualise par une courbe d'absorption spectrophotométrique) mais aussi de la composition spectrale de la lumière réfléchie par le sujet et de la sensibilité spectrale de l'émulsion utilisée. Quelquefois, seul, le coefficient du filtre est précisé ; il faut alors l'interpréter comme une valeur moyenne et le vérifier au moyen d'un essai.

 
   
Lumière du jour
Lumière tungstène
N° du filtre
Couleur
du filtre
Coefficient
du filtre
Ouvrir le
diaphragme de :
(divisions)
Coefficient
du filtre
Ouvrir le
diaphragme de :
(divisions)
8
jaune
2
1
1,5
2/3
11
jaune-vert
4
2
4
2
12
jaune foncé
2
1
1,5
2/3
13
jaune-vert foncé
5
2 1/3
4
2
25
rouge
8
3
5
2 1/3
29
rouge foncé
16
4
8
3
 
Tableau 1 : Coefficients de quelques filtres Kodak pour films noir et blanc. Ceux-ci sont notamment valables pour les films Verichrome Pan, Plus-X Pan, Panatomic-X et Tri-X Pan.
 

A propos des filtres de densité neutre, remarquons que l'absorption n'est pas sélective mais uniforme pour toutes les longueurs d'onde de la bande visible du spectre électromagnétique. En qualité d'atténuateurs de l'ensemble donc des radiations visibles, on peut rapprocher l'emploi de ces filtres aux deux « doseurs » essentiels de la lumination que sont l'ouverture de diaphragme et le temps d'exposition.

Rappelons enfin que la présence de filtres à l'avant de l'objectif est prise automatiquement en compte par la mesure TTL.

 
 
Copyright © Claude Bouchot