Photographe, le plus beau métier du monde !
 
 
Accueil | Pages techniques
 
 
Traitement du négatif
 
Intérêt du contrôle du contraste au développement
 
 
Lorsqu'on enregistre sur un film négatif 120 ou 135 des compositions photographiques variées, à fortiori sous divers éclairages et qu'on applique au développement un CCD normal, la diversité de contraste captée à la prise de vue se retrouve automatiquement au niveau du négatif comme l'illustrent les exemples du tableau 1. Bien sûr, cette hétérogénéité dans le contraste des clichés ne facilite pas le tirage, l'optimisation de ce dernier n'étant pas toujours évidente – il faut l'admettre – avec les négatifs de contraste extrême.
 
Contraste de l'image du sujet
CCD
Contraste du négatif
2,40
0,60
1,44
1,80
0,60
1,08
1,20
0,60
0,72
 
Tableau 1 : Développement sans contrôle du contraste. La diversité de contraste captée à la prise de vue se retrouve sur le négatif.
 

Comme un négatif de contraste donné exige un papier photographique de gradation correspondante, les fabricants de surfaces sensibles proposent donc (proposaient jadis) toute un gamme de gradations (jusqu'à 6) et si l'on considère pour chacune de celles-ci, les différents formats et qualités de surface disponibles, il est facile de calculer l'incidence sur le volume de stockage nécessaire sans parler des photographes ayant l'habitude de goûter à plusieurs marques de papier ! Mais, malgré ce large éventail des gradations, nous l'avons dit, il est rarement possible d'obtenir des tirages de bonne qualité avec des clichés de contraste extrême.

D'où l'intérêt de contrôler le contraste du négatif, bref de conduire le traitement du film de façon à aboutir à une valeur de contraste de négatif à peu près constante et coïncidant avec les conditions optima de tirage souhaitées (tableau 2).

 
Contraste de l'image du sujet
CCD
Contraste du négatif
2,40
0,42
1,00
1,80
0,56
1,00
1,20
0,83
1,00
 
Tableau 2 : Développement avec contrôle du contraste. En choisissant le CCD en fonction du contraste mesuré à la prise de vue, on peut espérer un contraste constant au niveau du négatif.
 
Le CCD étant égal au contraste souhaité pour le négatif / contraste de l'image du sujet mesuré à la prise de vue, aidons-nous pour sa détermination du tableau 3. La mise en application du CCD ainsi calculé se résume ensuite à la recherche, sur une courbe CCD / temps, de la durée de développement correspondante (1).
 
Contraste de
l'image du sujet
Contraste du négatif
0,40
0,50
0,60
0,70
0,80
0,90
1,00
1,10
1,20
1,30
1,40
1,50
1,60
1,70
8 : 1
0,90
0,44
0,56
0,67
0,78
0,89
1,00
16 : 1
1,20
0,42
0,50
0,58
0,67
0,75
0,83
0,92
1,00
32 : 1
1,50
0,40
0,47
0,53
0,60
0,67
0,73
0,80
0,87
0,93
1,00
64 : 1
1,80
0,39
0,44
0,50
0,56
0,61
0,67
0,72
0,78
0,83
0,89
0,94
128 : 1
2,10
0,38
0,43
0,48
0,52
0,57
0,62
0,67
0,71
0,76
0,81
256 : 1
2,40
0,37
0,42
0,46
0,50
0,54
0,58
0,62
0,67
0,71
512 : 1
2,70
0,37
0,41
0,44
0,48
0,52
0,55
0,59
0,63
1024 : 1
3,00
0,37
0,40
0,43
0,47
0,50
0,53
0,57
 
Tableau 3 : En fonction de la valeur de contraste de négatif souhaitée, ce tableau nous donne le CCD pour différents contrastes de l'image du sujet.
 

Comme on peut le deviner, la mise en pratique du contrôle du contraste suppose le traitement individuel des clichés ce qui est seulement réalisable avec des plans-films. Toutefois, avec les films 120 et 135, lorsque les conditions s'y prêtent, le photographe a la possibilité d'uniformiser (par correction ou sélection) les contrastes à la prise de vue.

Ainsi, l'utilisation d'une seule gradation de papier au tirage – principal intérêt de la maîtrise du contraste au moment du développement – apporte au tireur la garantie d'une qualité optimum et constante de ses épreuves. En outre, les sujets à contraste extrême non corrigés à la prise de vue le sont au développement du négatif ce qui autorise pour ceux-ci des tirages corrects (chose impossible sans contrôle du contraste) avec une gradation de papier qui, certes, ne pourra pas toujours correspondre à la gradation unique choisie mais qui en sera proche.

 
________
1. Bien qu'étant fondamental, le CCD choisi n'est pas le seul paramètre régissant le temps de développement. Dans une page technique dédiée, nous analysons les autres facteurs intervenant sur le temps de développement.
 
 
A suivre :

Le contraste de l'image du négatif
 
 
Copyright © Claude Bouchot